Juil 05 2013

Réunion du Syndicat Mixte Bruche-Hasel

Bruche-Hasel

La récente réunion du Syndicat Mixte Bruche-Hasel a été précédée par une visite commentée de la station d’épuration par Joël Motsch, responsable du secteur épuration au SDEA. La description des procédés de traitement permet de sensibiliser les délégués à différents problèmes, en particulier au risque de bouchage des pompes, et à la valorisation des boues qui sera examinée plus loin. En effet, l’usage fréquent des « lingettes » par les utilisateurs a déjà causé l’obstruction des pompes, ce qui avait eut pour conséquence une mini-pollution dans la Hasel. Pour réduire au maximum ce type de risque, une installation de dégrillage vertical a été mise en place en amont des pompes. Ainsi, les déchets véhiculés par l’effluent sont éliminés dès leur arrivée dans la station. Les déchets sont ensuite éjectés automatiquement.

La réunion se poursuit au siège du Sivom, à Lutzelhouse, avec un exposé de Thierry Willmann, responsable au SDEA de la production des boues. Au cours des dix dernières années, la station a produit en moyenne annuelle 243 tMS (tonnes de matières sèches). Un équivalent- habitant produit en moyenne dans le Bas-Rhin 20 à 25 kg de MS/an. Ces boues doivent être éliminées par le canal de différentes filières : valorisation agricole locale, compostage externalisé pour une valorisation agricole ultérieure, incinération ou encore enfouissement dans un centre spécialisé pour les boues non conformes. La filière la plus intéressante est la valorisation agricole directe, ayant l’avantage d’être locale, ce qui fut le cas pour 99,5 % des boues produites par le SDEA en 2012. Toutefois un contrôle de la qualité est nécessaire, réalisé par des analyse du produit mais également par un suivi du pH des sols pour la valeur agronomique ainsi que des analyses de reliquats azotés.

Pour le Syndicat huit exploitations agricoles sont concernées par les épandages, soit 168 parcelles, 159 ha de prairie et 28 ha de terres labourables. Les nuisances olfactives sont ensuite évoquées, avec l’examen des méthodes permettant de les contenir : enfouissement immédiat des boues liquides, retournement immédiat des terres labourables après épandage, réduction de la durée d’épandage en mettant en œvre plus de matériel, ou encore en réduisant la durée de stockage des boues afin de garantir une meilleure stabilisation des boues avant épandage.

Naturellement, les coûts sont différents selon les filières. A titre d’exemple la valorisation agricole locale revient à 292 €t/tMS et le compostage externalisé à 480 €t/tMS. Au final, la valorisation des boues représente 30 % du coût d’exploitation de la station.

Le point est également fait par André-Pierre Grienenberger, technicien assainissement collectif, sur la campagne de diagnostic des installations d’assainissement non collectif (ANC) estimées à environ 360 pour le Syndicat. L’objectif est de connaître l’état du parc, d’identifier les installations présentant un risque et inciter les propriétaires à la mise en conformité. Le coût forfaitaire des frais de contrôle est de 88 €TTC. A noter que l’on est déjà au-delà des délais légaux, la loi sur l’eau de 1992 et celle de 2006 demandant le contrôle de toutes les installations pour fin 2012.

Enfin, sur le plan administratif, les statuts du Syndicat Mixte Bruche Hasel ont été mis à jour pour le 01/01/2014. Les communes membres sont Lutzelhouse, Muhlbach, Russ, Urmatt et Wisches. De plus la Communauté de Communes de la Région de Molsheim-Mutzig est membre en substitution des communes de Niederhaslach et Oberhaslach. Par ailleurs, l’objet spécifie également la possibilité pour le Syndicat de réaliser par conventions des études relatives  

Lien Permanent pour cet article : http://mairie-lutzelhouse.fr/?p=122

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

− 2 = 2