Nov 25 2016

Pourquoi les cloches carillonnent-elles à 15 heures 15 chaque année le 25 novembre ?

clocher_lutzelhouseLe grand évènement du siècle faisait tache d’huile à travers toute la France : la libération tant attendue s’infiltrait partout, les drapeaux tricolores impatients sortaient de la clandestinité des alcôves.

La fièvre montait dans toute l’Alsace à l’approche des troupes libératrices et, à Lutzelhouse, particulièrement dans chaque famille, régnait un enthousiasme retenu par la présence de ceux qui firent peser pendant quatre ans une contrainte insupportable. En effet, Lutzelhouse avait acquis le triste privilège de constituer le siège de la Gestapo qui s’y installa en juin 1944 après les bombardements de Strasbourg. Ces messieurs se trouvaient à l’abri dans le château Scheidecker. Notre village regroupait également plusieurs industries allemandes fuyant les bombardements alliés dont la société Junkers qui s’installait dans la salle Saint-Louis du tissage de Muhlbach pour coopérer à l’arme de l’avenir : le premier avions à réaction Messerschmitt 262 dont la carrière devait être brève.

La Gestapo s’enrichissait d’ailleurs au fur et à mesure de la montée de la marée libératrice de sbires de tous genres. Le 23 novembre vers 7 heures, une batterie de 155 long prenait position à Lutzelhouse et Muhlbach. Les Français étaient en route vers Strasbourg et les Américains descendaient la vallée.

Pour éviter la destruction de Lutzelhouse et de Muhlbach, il fallait éviter que la batterie allemande ne tire. Un canon était installé dans le chemin qui monte vers le château. Dès que le Maire en fut averti il sauta sur sa bicyclette et se rendit près du canon où l’on était obligé d’installer des cales, le chef de pièce, un « oberfeldwebel » se terrait dans la cave de la maison du gérant pour préparer le poste de combat. Avertis de l’avance des alliés, les Allemands se trouvaient tout à coup plus loquaces de sorte que les autorités en place de Lutzelhouse finirent en parlementant, à faire que les 155 long qu’ils s’apprêtaient à exploiter aux dépens du village restèrent muets.

Ils partirent finalement sans un coup de canon au cours de la nuit. En effet, Strasbourg était libéré.

Les combats se rapprochaient, les Allemands descendaient la vallée ou montaient par la route de Grendelbruch. Tirs de mitrailleuses et d’artillerie bloquaient les chemins de communication .

C’est ainsi que le vendredi 24 se passa dans l’anxiété et l’attente.

Enfin samedi 25 novembre …..

Ce fut le délire…..lutzelhouse noir de monde, recevait les Texans à 15 heures 15 et les habitants s’affairaient à les aider à supprimer les barrages antichars qui pouvaient s’opposer à leur avance. Les chevaux, les vérins, les cales, tout était mis à leur disposition. Le schnaps et le vin, coulaient à profusion. Lutzelhouse respirait une odeur de liberté retrouvée.

L’immortelle Marianne, symbole de la République, fut exhumée de sa cachette et retrouva sa place à la mairie, Marianne que nous avons par la suite prêtée à la ville de Molsheim pour une fête officielle ainsi que le garde magnifiquement paré de sa culotte de chasseur et de son képi. C’étaient des reliques patriotiques vénérables. Une atmosphère de surexcitation régnait partout, agrémentée du bruit infernal des chars américains libérateurs.

Le lendemain matin, le premier officier français venait représenter dans le village l’effort de notre nation dans cet effort unique. Le ravitaillement tant attendu suivait à petite dose mais la commune avait plutôt faim de liberté.

Ce jour là, le curé de Lutzelhouse, pour la première fois fit en chaire son sermon en français…pas de grandes paroles. Mais en français…. Et cela fit pleurer beaucoup de monde dans un village inondé de tricolore, ivre d’un patriotisme si longtemps étouffé.        

C’est pourquoi villageois de Lutzelhouse en souvenir de ces moments inoubliables les cloches de notre église carillonnent depuis fidèlement chaque 25 novembre à 15 heures 15, car il y a 70 ans elles se souviennent :

LUTZELHOUSE était française et libre.

Texte écrit d’après récits et notes .prise en 1975 auprès de villageois ayant vécu ces instants.

J. Brunissen

Lien Permanent pour cet article : http://mairie-lutzelhouse.fr/?p=735

(1 commentaire)

    • Strub Jean on 12 décembre 2014 at 19 h 26 min
    • Répondre

    Merci Josette ! Très intéressant, et bien écrit !!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

23 + = 32